Blog
Réservez

Destination St. Barth

RETOUR

 

St. Barth, l’île des Caraïbes, est située dans les Antilles françaises près de St. Martin. Ce petit territoire français, colonisé au 17ème siècle, bénéficie d’une grande douceur de vivre et d’un riche patrimoine. Réputée pour ses superbes plages de sable blanc, son offre culinaire exceptionnelle et ses boutiques de mode, St. Barth offre un mélange inégalé de glamour décontracté, de vie sociale et d’intimité.

Située à la pointe nord de l’archipel des Petites Antilles, St. Barth doit son nom à Christophe Colomb, qui, en 1493, baptise l’île en l’honneur de son frère Bartolomé ; beaucoup la considèrent désormais comme la plus belle île des Caraïbes. Devenue la destination incontournable de l’hôtellerie de luxe des Antilles françaises, l’île de 23 km² bénéficie de 14 plages de sable blanc paradisiaques, d’une température idéale de 28 °C l’hiver et 30°C l’été et d’une ambiance paisible, accueillante et intimiste qui n’a d’égal que sa beauté.

ACCESSIBILITE

Via St. Martin
Des Etats-Unis et d’Europe, l’accès principal à St. Barth se fait par St Martin et l’aéroport international Princess Juliana (SXM). S’ensuit un vol en de 12 minutes pour rejoindre St. Barth, en atterrissant à l’aéroport Gustave III, à seulement 10 minutes de route de l’hôtel.

Les compagnies aériennes United Airlines, Air France, KLM, Air Caraïbes, Corsair et Copa Airlines ont signé des accords avec Winair et St. Barth Commuter (la compagnie locale assurant la liaison entre St. Martin et St. Barth), permettant ainsi l’enregistrement direct des bagages jusqu’à St. Barth. A l’arrivée à St. Martin, vous pouvez rejoindre les Transferts pour les formalités d’immigration, où des représentants de la compagnie aérienne vous indiqueront la procédure à suivre.

A St. Martin, les visiteurs ont le choix entre le bateau et l’avion pour rejoindre St. Barth. Les deux compagnies Winair et St. Barth Commuter assurent la liaison en 15 minutes environ. Pour se rendre à St. Barth en bateau, on peut opter pour les compagnies Voyager Ferry et Great Bay Express.

Les jets privés ne peuvent pas atterrir à St. Barth ; l’aéroport le plus proche pour les jets privés est celui de St. Martin.

Via San Juan, Puerto Rico
L’aéroport international de San Juan (SJU) assure des liaisons quotidiennes non-stop de ou à destination de New York, Chicago, Atlanta, Boston, Miami, Philadelphie, Charlotte, Houston, Dallas, Toronto, Baltimore, Hartford, Orlando, Tampa, Jacksonville, Fort Lauderdale, West Palm Beach, Washington DC (aéroports de Reagan et de Dulles), Caracas et Panama City. Parmi les compagnies aériennes assurant la connexion via San Juan, on peut citer Copa Airlines, Avianca ainsi que plusieurs compagnies aériennes basées aux Etats-Unis.

Tradewind Aviation assure des vols charter réguliers entre San Juan à St. Barth à bord de turboréacteurs Pilatus PC-12 et Cessna Grand Caravan climatisés, proposant une restauration légère et gratuite à bord. C’est la correspondance la plus rapide ; elle évite le double passage à la douane.

L’HISTOIRE DE L’ÎLE

C’est en 1493, lors de son deuxième voyage, que Christophe Colomb découvre les Petites Antilles, ainsi qu’Ouanalao, une petite île habitée par des tribus autochtones. Il baptise l’île du prénom de son frère Bartolomé. N’y trouvant pas d’intérêt particulier, il poursuit sa route vers d’autres explorations. Ce n’est qu’en 1648 que le commandeur français Philippe de Longvilliers de Poincy décide de coloniser l’île et d’y installer un peuplement de 40 à 50 hommes. Puis la colonie s’agrandit avec l’arrivée d’immigrants en provenance de St Kitts, mais l’île est abandonnée en 1656 après un massacre perpétré par des autochtones. La paix est rétablie en 1659, suite à quoi Monsieur de Poincy autorise une nouvelle colonie de 30 hommes. En 1664, l’île compte 100 personnes.

Par la suite, St. Barth passe entre différentes mains. La Compagnie des Indes occidentales en fait une possession de l’Ordre de Malte. Puis, une colonie irlandaise. L’île passe ensuite sous l’autorité de la Couronne de France et se voit rattachée à la colonie de la Guadeloupe. Des corsaires, brigands et autres pirates y trouvent refuge avant qu’une invasion anglaise ne pille l’île en 1744. Les colons français font leur retour en 1764. Finalement, le roi Louis XVI offre l’île au roi Gustave III de Suède en échange d’un entrepôt à Göteborg.

L’île acquiert la nationalité suédoise en 1784 et entame une période de prospérité, au cours de laquelle la ville de Gustavia est agrémentée de rues pavées, de fortifications et de maisons en bois et en pierre. En 1815, l’île accueille 6 000 habitants mais plusieurs années de guerre et de catastrophes naturelles s’ensuivent, à l’instar de l’incendie de 1852 qui détruit les quartiers sud de Gustavia. Le roi Oscar II trouve alors que l’île coûte plus d’argent qu’elle n’en rapporte et elle est rétrocédée à la France en 1878.

Ce n’est qu’en 1946 que Rémy de Haenen ouvre St. Barth sur le monde en y faisant atterrir le premier appareil dans la campagne près St. Jean. Sur le port de Gustavia, l’activité redouble. Dans les années 1980, la vie à St. Barth évolue de manière significative : le tourisme devient la première ressource de l’île, les activités sportives gagnent en popularité, une usine électrique est construite pour fournir l’électricité aux quatre coins de l’île, l’aéroport est agrandi.

LES PLAGES

St. Barth abrite 14 superbes plages de sable blanc publiques. On accède à la plage de Saline par un chemin court mais escarpé. La plage mérite sans aucun doute le détour, en particulier pour les adeptes du naturisme. La plage de Colombier est une des plages les plus paisibles de l’île, uniquement accessible en bateau au départ de Gustavia, ou par un sentier de randonnée longeant la plage des Flamands. Egalement connue sous le nom de plage de Rockefeller, elle est située loin de l’activité de l’île et bénéficie d’une eau limpide et turquoise, propice au repos et idéale pour le snorkeling.

HAUT LIEUX TOURISTIQUES

L’île abrite de nombreux lieux historiques et centres d’intérêt :

  • La capitale, Gustavia, est une ville portuaire en forme de fer à cheval, nichée autour d’un petit port abrité, autrefois protégé par des fortifications en pierre. D’abord baptisée Carénage, la ville prit en 1785 le nom du roi de Suède Gustave III. On y vient avec plaisir pour faire du shopping, se restaurer, voir du monde et contempler l’architecture rappelant le style suédois et ses maisons peintes aux couleurs des Caraïbes. En bout de route, en sortant de la ville, se trouve Fort Gustave, construit en 1787.
  • C’est à Saint-Jean que fut construit le premier hôtel de l’île, l’Eden Rock. On y trouve également le plus grand espace commercial de l’île, ainsi qu’une belle plage qui débute au bout de la piste de l’aéroport Gustave III.
  • Serpentant le long de la côte sauvage de Toiny, un sentier révèle toute la beauté de l’île, entre palmiers, plantes tropicales et vues à couper le souffle sur la côte.
  • Lorient fut la première ville découverte par les colons français au 19ème siècle. En se promenant à travers la ville, on découvre son histoire : l’église catholique, l’ancien bureau de poste, deux cimetières, ainsi que plusieurs magasins et boutiques.
  • St. Barth abrite trois musées très intéressants : le musée Wall House est consacré à la période de l’occupation suédoise ; le musée municipal de St. Barth expose quant à lui différents objets d’art, des photographies et des documents historiques ; enfin le musée Inter Oceans (musée international du coquillage) abrite plus de 8 500 coquillages originaires du monde entier.
  • Du voilier au yacht de prestige, on peut louer ou affréter tous types d’embarcation à St. Barth. La plongée libre avec masque et tuba et la plongée sous-marine sont pratiquées un peu partout sur l’île, comptant notamment d’excellents spots de plongée à Colombier, Petit Anse et Lorient. La pêche est aussi une activité touristique majeure sur l’île : de nombreux guides sont à la disposition des visiteurs pour les initier à la pêche au thon, au merlin, au voilier ainsi qu’à beaucoup d’autres poissons frayant sous les eaux.

 

CELEBRATIONS ET EVENEMENTS CULTURELS

Quelle que soit la période de l’année, il se passe toujours quelque chose à St. Barth. Depuis 1985, Le Festival de musique de St. Barth a lieu tous les ans au mois de janvier. Il est ponctué d’une douzaine de soirées de musique et de danse, où se succèdent les représentations d’opéras, de ballets ou de jazz. En février et en mars, c’est le Carnaval qui met toute l’île en émoi. Il se termine par un défilé le mercredi des cendres, sur la plage de Shell, où tout le monde est vêtu de blanc et de noir. On célèbre la fête nationale le 14 juillet, et le 24 août, l’île entière célèbre la Fête de la Saint-Barthélemy, avec des défilés de cloches, des bénédictions de bateaux, des régates, des feux d’artifice et un bal public qui commémore l’adoption de la constitution française. C’est également en août qu’a lieu, parmi d’autres manifestations, le Festival de Gustavia, pendant lequel on pratique la pêche au filet. Le 1er novembre a lieu le « Feast of St. Louis, » illuminé de milliers de bougies. Chaque année en novembre, le « St. Barth Gourmet Festival » inaugure la haute saison avec trois dîners, sous la houlette de Chefs de cuisine renommés.

GASTRONOMIE

Comme en France métropolitaine, la gastronomie est une des grandes passions de St. Barth ; les restaurants de l’île attirent touristes et locaux. Des festivals culinaires ponctuent la vie de l’île chaque année, comme c’est le cas lors des régates et des tournois sportifs. Et pour ceux qui veulent faire un tour en ville, les nuits de St. Barth sont inégalées, offrant une grande variété de bars et de clubs, dont des incontournables comme Le Ti St Barth à la pointe Milou, le Nikki Beach à St. Jean et Bagatelle et son Yacht Club à Gustavia. Une soirée à St. Barth est la promesse d’une nuit magique, quoi que vous fassiez, qu’il s’agisse d’un dîner, d’un concert ou d’une fête sur la plage entre amis.

Quelles que soit vos envies, une soirée décontractée ou une réception plus sophistiquée, locale ou internationale, vous aurez l’embarras du choix à St. Barth. Réputée capitale gastronomique des Caraïbes, l’offre culinaire de l’île est très riche et de niveau international : du légendaire Maya’s, avec ses spécialités de fruits de mer et ses plats créoles signature qui ont fait sa notoriété depuis plus de 25 ans, au restaurant Côté Port, affichant une cuisine française traditionnelle relevée d’une touche antillaise et bénéficiant de magnifiques vues du port au soleil couchant. La clientèle de l’île apprécie aussi la cuisine plus décontractée que l’on trouve dans les nombreux cafés et bistrots au bord de l’eau, parmi lesquels le Wall House, Le Bête à Z’Alles, le BAZ Bar à Gustavia ou d’autres qui ont les pieds dans le sable comme La Plage on Tom Beach et Do Brazil sur la plage de Shell. Vous ne pouvez pas terminer votre séjour sans avoir savouré la cuisine innovante et prometteuse du Chef Nichola Di Marchi, qui officie pour les deux restaurants du Guanahani, le Bartoloméo et l’Indigo. A déguster entre autres, ses poissons cuits à la perfection.

SHOPPING

En ce qui concerne l’art et la mode, St. Barth est à la pointe des dernières tendances de l’Europe. L’île, qui bénéficie du duty-free, offre plus de 200 boutiques dans tous les domaines, de la mode à la bijouterie en passant par la décoration. A Gustavia, toutes les enseignes représentant le luxe sont présentes. On citera Hermès, Cartier, Bulgari et Chopard ; vous trouverez des articles de collection et des pièces rares dans la boutique Le P’tit Collectionneur ; des vins français (et d’autres pays) à La Cave du Port Franc ; des rhums millésimés chez M’Bolo ; des lunettes de soleil vintage et du prêt-à-porter à Linde Gallery ; des articles de bijouterie « funky » chez Sinbad, l’incontournable. A St. Jean, Yume associe l’art et la mode en travaillant des objets d’art uniques et des tenues de prêt-à-porter intemporelles ; la boutique Mandarine Bijoux expose ses créations de bijouterie en or ou en pierres précieuses faits à la main ; Pain de Sucre propose des bikinis anticipant les tendances. Non loin du Guanahani, à Grand Cul-de-Sac, La Cave de Saint-Barth propose une incroyable sélection de vins français et de rhums en série limitée, en gérant depuis des décennies des stocks d’une même qualité.

L’ÎLE DES CELEBRITES

Le titre « Les célébrités sont folles de St. Barth. », tiré d’un récent article d’ABCNews.go.com donne le ton. Parmi les très nombreuses personnalités, hommes d’affaires et autres grands de ce monde à s’être rendu à St. Barth ou à s’y être installé, citons l’égérie de Victoria’s Secret Alessandra Ambrosio, le chanteur Gwen Stefani ; le leader du groupe Bush Gavin Rossdale, Beyonce Knowles et Jay-Z, le milliardaire russe Roman Abramovich, le fondateur de Microsoft Paul Allen, Usher, Miranda Kerr, Derek Jeter, l’actrice Minka Kelly, le président de la marque Revlon Ronald Perelman, Mariah Carey et Nick Cannon, Star Jones, Kimora Lee Simmons, Jessica Alba, Marc Jacobs, Ivana Trump, le négociant d’art Larry Gagosian, Steve Martin, Sean Combs, Channing Tatum, Paul McCartney, Jon Bon Jovi et David Letterman.

 

Fermez

Reservations